Bien-être au travail : Comment concilier télétravail et retour au bureau ?
wellbeing

Bien-être au travail : Comment concilier télétravail et retour au bureau ?

30 septembre 2021

Cette année, la rentrée des classes pour beaucoup de parents s’est accompagnée d’un autre retour sur les bancs tout aussi excitant : le retour au bureau !

Alors que l’on pouvait s’attendre à voir une majorité de salariés se précipiter sur l’occasion de fuir le confort, tout relatif du cocon familial, la réalité des chiffres fut toute autre : la récente étude du groupe Adecco Resetting Normal révèle ainsi que 53% des travailleurs préfèreraient adopter un modèle hybride de travail, à mi-chemin entre télétravail et présentiel. 

Si cette « nouvelle norme » de travail hybride pourrait s’imposer de manière tout à fait naturelle et compréhensive, elle implique aussi des aménagements essentiels afin de permettre aux salariés comme aux employeurs d’y trouver leur compte. 

 

Travail à domicile et retour au bureau : un équilibre à trouver

Si l’on va un peu plus loin dans l’observation de cette étude, on constate qu’elle met en exergue quelques différences démographiques assez notables.

Ainsi, les partisans féroces d’un retour au bureau se composent en majorité de jeunes, en recherche d’une plus grande sociabilisation, mais aussi de parents qui ont parfois bien du mal à concilier télétravail et tâches ménagères ; et pour qui aller au bureau, permet de mieux délimiter la frontière entre leur vie familiale et leur métier. 

 

En revanche, tous s’accordent sur le fait que la pandémie, toutes proportions gardées, leur a tout du moins permis de repenser l’équilibre fragile entre vie professionnelle et vie privée. 

La flexibilité inhérente au télétravail a permis à beaucoup d’entre eux de retrouver une certaine stabilité qui avait parfois été perdue de vue, pris dans le tourbillon de leur vie professionnelle. 

Nombreux sont ceux qui disent avoir ainsi gagné en efficacité, tout en retrouvant le plaisir d’une véritable pause au milieu de la journée. 

 

A l’inverse, la crise sanitaire a aussi été l’occasion de prendre conscience que s’assoir autour d’une table avec ses collègues pendant une heure permet de résoudre des situations qui paraissaient complexes, seul devant son ordinateur, sollicité par le petit dernier, tenant absolument à ce qu’on lui fasse réviser ses tables de multiplication. 

Ainsi entre ces deux situations, il y a certainement une balance à trouver, et c’est bien toute l’essence de ce système hybride de travail, qui tend à s’imposer naturellement. 

 

De manière évidente, s’il y a bien une chose qu’un employeur ne peut occulter, c’est évidemment que chaque employé est une personne unique avec des situations uniques.

C’est pour cette raison, et d’autant plus dorénavant, qu’ il est d’autant plus important pour les leaders, d’être à l’écoute des motivations et des besoins de chacun, et de faire preuve eux aussi, d’une grande flexibilité afin de s’adapter aux situations personnelles ; car au-delà d’un simple constat théorique, l’inévitable adaptation du monde du travail est une réalité qui passera par l’application systématique de quelques règles essentielles, pour le bien-être de tous : salarié et employeur.  

 

Comment adapter son entreprise au nouveau modèle hybride de travail ?

Afin d’embrasser pleinement le nouveau modèle de travail hybride auquel nombre de secteurs d’activité se retrouvent déjà confrontés - ou vont l’être dans les mois qui viennent, il convient de se fixer des objectifs clairs qui permettront l’épanouissement professionnel de vos salariés, et a fortiori une plus grande productivité pour votre entreprise. 

 

Ouvrir les canaux de communication 

Le modèle hybride de travail, implique à plus forte raison, un modèle tout aussi hybride de communication interne ; ou plus précisément des modèles et des canaux multiples, susceptibles de s’adapter à tous les cas de figure.

Pour prévenir les risques de burnout parmi des salariés au moral inévitablement atteint par la situation actuelle, il est crucial pour les dirigeants de se montrer disponible et à l’écoute. 

Toutefois, il ne s’agit pas pour eux d’être joignable 24 heures sur 24, sous peine de risquer eux-mêmes d’épuisement professionnel. 

Des canaux de communication variés et flexibles sont à privilégier et un canal anonyme sur lequel les salariés pourront s’épancher sans crainte de ne pas être écoutés est à établir.  

 

Réorganiser le temps de travail 

Rien ne nuit plus à la productivité que les interruptions intempestives. Qu’il s’agisse des collègues qui frappent à la porte de votre bureau ou vos enfants qui décident de rejouer la guerre de Troie dans votre salon, il faut les limiter au maximum et mieux prioriser ses tâches.

Il est important de planifier au préalable des temps précis de réunions et des plages réservées au travail solitaire, permettant ainsi à chacun de s’organiser en conséquence. Le modèle hybride se prête particulièrement à cette réorganisation du temps de travail, les réunions au bureau, les tâches administratives à la maison, et le travail serein urbi et orbi.

 

Relâcher la pression 

Les études sont formelles sur la question : le télétravail généralisé ne s’est pas accompagné d’une baisse de la productivité, bien au contraire si l’on en croit l’étude de l’Institut Sapiens qui annonçait en 2020 une hausse de productivité de 22%. 

Un salarié responsabilisé et motivé travaille donc bien mieux. Le modèle de travail hybride permet justement de lui confier les clés du succès de l’entreprise, et de conjuguer flexibilité et responsabilisation pour une productivité accrue et un risque bien moindre d’épuisement professionnel. 

 

Imposer des limites claires 

Attention à ne pas confondre pour autant flexibilité et absence de limites ; cette dernière peut considérablement nuire à l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, une balance d’autant plus difficile à trouver lorsque le modèle de travail hybride est privilégié.

Ces limites doivent être posées des deux côtés. À charge pour l’employeur de ne pas exiger que ses salariés cumulent présence au bureau et travail à la maison, tandis que l’employé s’engage moralement à ne pas transformer les temps de télétravail en longues plages de sieste. 

  

Réaménager les espaces de travail 

Alors que de nombreuses entreprises ont « profité » de la crise pour réduire considérablement leur empreinte immobilière, le modèle hybride de travail implique des aménagements purement physiques.

 

N’hésitez pas ainsi à repenser les espaces de travail : en privilégiant de grandes salles de réunions équipées pour les téléconférences et en favorisant de plus petits modules amovibles fonctionnant sur le principe du bureau partagé que les salariés pourront réserver à la journée.

 

La réorganisation des espaces et du temps de travail semble aujourd’hui indispensable afin de permettre aux salariés d’adopter ce système de travail hybride qui paraît si bien correspondre au monde postpandémie.

 

A nous donc d’être créatifs et de solliciter des intermédiaires parfois atypiques pour nous enrichir de leurs pratiques et leurs fonctionnements. Ainsi, plusieurs entreprises aujourd‘hui utilisent les aménagements des galeries d’arts ou des grands magasins pour penser leur environnement professionnel.